Intégration continue : qu’est ce que c’est ?

 

Intégration continue, CI, agilité et DevOPS

Après près de 4 décennies d’informatique, de nouvelles tendances et de nouveaux besoins émergent.

Par exemple en e-commerce, les vainqueurs d’aujourd’hui sont des sites comme ETSY ou Zalando, qui sont capables de faire plusieurs dizaines de mise en production, mineures en générale, par jour. Et bien qu’ils ne produisent pas les biens qu’ils vendent, ils ont surpassé leurs concurrents producteurs (les retailers plus classiques), en s’adaptant continuellement et (beaucoup) plus vite que leurs concurrents.

Cette agilité dont ils font preuve est, en général, justement soutenue par la méthode dite « Agile », qui découpe un grand projet en plusieurs « Sprints », selon la méthode des petits pas. Ainsi on considère que le travail n’est jamais fini, mais que ce sont des itérations et cycles d’améliorations constantes.

Pour permettre à ces sociétés et, par exemple, aux éditeurs de logiciels en SaaS de déployer cette agilité, les systèmes d’information ont dû s’adapter. Il n’était plus possible de commander un serveur, d’y insérer un CDrom, de l’installer et de le paramétrer en une semaine, alors que les clients eux voulaient mettre en production 15 fois par jour, scaler automatiquement leurs ressources, automatiser les mises en production, etc.

De ce besoin est né le DevOPS, un profil à mi-chemin entre développeur et administrateur système, qui fluidifie le travail des développeurs et leur permet d’automatiser beaucoup de tâches et d’adapter l’environnement d’hébergement à ce besoin d’extrême souplesse des clients.

L’intégration continue est le fruit de cette progression, c’est notamment la capacité à publier au fil de l’eau, de manière efficace, fluide et sereine, des mises en productions et des modifications de codes. Il n’y a plus de « mise en production » stressante et massive d’un coup, ou rarement, mais plutôt des modifications constantes et version-nées, qui permettent de roll out / roll back autant que nécessaire.